Archives du mot-clé : posture

Cette rubrique “nouvelle”  a pour but de raconter l’accouchement du point de vue de la maman  et du papa et  et en parallèle du point de vue du médecin.Aussi bien un accouchement vécu comme  simple et facile que comme compliqué , court ou long .. . Le commentaire de l’obstétricien étant d’expliquer les éléments médicaux qui on le verra ne sont pas toujours facile à évaluer lors de ce moment intense et stressant.Pourquoi un forceps , pourquoi une césarienne, pourquoi attendre quand on a rompu la poche des eaux, pourquoi déclencher à ce moment là et pas plus tôt ou plus tard … ?

Cette première histoire est retranscrite in extenso, à partir du texte de la patiente qui me l’a écrit pour inaugurer cette rubrique :

Alexandra 37 ans, heureuse Maman de Sam, né le 6 Juillet 09 à 17h50

P1050595-1024x768Après une grossesse assez difficile …(sciatique, prise de poids de 30 kg, oedèmes aux pieds et mains en fin de grossesse, hydramnios…)  l’accouchement s’est merveilleusement bien déroulé. C’est au cours de ma visite du 8ème mois que le Dr Meicler a évoqué les possibilités d’accouchement sur le côté ou à genoux. Nous ne sommes pas rentrés dans les détails de ces positions dont je n’avais jamais entendu parler jusqu’à ce jour et suite à ce RV, j’y ai repensé et me suis dit que nous en reparlerions le mois suivant. Le 9ème mois venu, nous avons d’un commun accord décidé de déclencher la naissance 2 semaines avant le terme du fait de ma prise de poids importante et aussi car mes 2 premiers bébés pesant 3.6 kg et 4.2 kg à leur naissance, il était souhaitable que mon 3ème enfant ait un gabarit raissonnable pour un accouchement par voie basse. Nous n’avons pas eu l’occasion de reparler des différentes postures pour accoucher et ce n’est que la jour J, une demi-heure avant l’accouchement, déjà en salle de travail depuis 9h du matin, sous péridurale depuis 11h, que j’ai émis le souhait d’accoucher sur le côté gauche, sans savoir vraiment comment cela allait se dérouler, mais ça me paraissait naturel, simple, confortable et j’étais en confiance totale avec l’équipe médicale. Allongée sur le côté gauche, la jambe droite dans l’étrier de gauche, le pied droit en appui sur le cale-pied en bout de lit et les mains agrippées à la tête de lit, j’ai donné naissance à Sam, 3.845 kg, sans douleur, sans épisiotomie ni déchirement, et sans aucune aide instrumentale ni manipulation. Je dois avouer que cet accouchement à été magique, j’ai pu être actrice de mes gestes et cette position latérale m’a permis de contrôler mes jambes et la poussée avec une facilité déconcertante ! Mon petit garçon est né en 3 mn, la tête à la 1ère contraction puis le reste du corps à la seconde, et j’ai pu sentir grâce à la péridurale parfaitement dosée le petit corps chaud de mon bébé glisser entre mes cuisses avant de l’attraper et de le serrer tout contre moi. Mon mari qui avait déjà assisté à la naissance de nos 2 premiers enfants a lui aussi été émerveillé et fasciné par cette naissance si naturelle, si simple, si belle.

Commentaire: Ce superbe vécu a été semble t il favorisé par la posture sur le coté.L’intérêt des postures (coté, 4 pattes) est de vivre l’accouchement et la sortie du bébé de manière plus active , même si la posture “classique” sur le dos , jambes dans les étriers permet évidemment la sortie du bébé et permet aussi des manœuvres obstétricales types forceps …Les postures latérales ont un 2ème avantage , c’est la protection du périnée car il est alors moins tendu, limitant les épisiotomies. Il ne s’agit pas de dire que c’est mieux , disons que c’est une façon de vivre son accouchement , plus nature.Les femmes spontanément pour accoucher, ne se mettent pas sur le dos, mais préfèrent souvent la position latérale.On peut dire aussi , que toutes les patientes n’aiment pas cette position.Vous pouvez pendant le travail demander à être mise sur le coté pour voir les sensations que vous éprouvez. A contrario , il est parfois plus difficile d’utiliser ces positions pour un 1er accouchement.