Rhésus foetal dans le sang maternel

kit-300x224L’allo-immunisation anti-Rhésus-D (RhD) est responsable d’anémies foetales et néonatales sévères ainsi que d’ictères néonatals graves.

Sa fréquence a considérablement diminué depuis la généralisation des injections d’immunoglobulines anti-D chez les femmes Rhésus négatif au cours de la grossesse et après l’accouchement.

L’équipe du SESEP ,est une association loi 1901 reconnue d’utilité publique. Le laboratoire SESEP dirigé par les Dr Brigitte SIMON-BOUY ,Dr Etienne MORNET et le Dr Christine MUTI, est notre équipe de correspondants pour les examens génétiques, ainsi que pour les conseils génétiques éventuels.

Le Dr Etienne MORNET, nous décrit cette détermination du Rhésus Foetal, dans le sang maternel.

La possibilité de déterminer le rhésus foetal en début de grossesse par une “simple” prise de sang maternelle, permet si le foetus est rhésus négatif , d’éviter l’injection d’immunoglobulines anti-D (Rhophylac), qui bien qu’hautement purifiés , sont des produits d’origine humaine.

Chez la femme enceinte rhésus négatif, le rhésus de son fœtus peut être déterminé par une simple prise de sang. En effet, tout au long de la grossesse, de petites quantités d’ADN du fœtus passent dans la circulation sanguine de sa mère. Lorsqu’une femme est rhésus négatif, il lui manque une partie du gène rhésus (séquences d’ADN délétées). Sur un prélèvement sanguin, il est possible de rechercher spécifiquement ces séquences. Si le fœtus est comme sa mère (rhésus négatif), on ne détectera pas ces séquences, tandis que si le fœtus est  rhésus positif, ces séquences d’ADN du gène rhésus du fœtus seront détectables. Pour qu’elle soit parfaitement fiable, il est préférable de réaliser la prise de sang à partir de 12 semaines de grossesse afin que suffisamment d’ADN fœtal soit déjà passé dans la circulation sanguine maternelle.

Chez une mère rhésus négatif, le rhésus du bébé va dépendre du rhésus de son père. Si celui-ci est aussi rhésus négatif, le bébé sera négatif, tandis que si le père est positif, le bébé pourra être positif ou négatif. Dans le cas où un fœtus est rhésus positif, il pourra immuniser sa mère rhésus négatif et provoquer chez elle un « accident rhésus » à la grossesse suivante. C’est la raison pour laquelle, pour prévenir les accidents rhésus, lorsque le fœtus est positif, on injecte chez la mère un produit destiné à éviter cet accident rhésus, le Rophylac. C’est ce qu’on appelle la prévention rhésus. Lorsque le rhésus du foetus est déterminé négatif, la femme enceinte n’aura plus à subir de prévention rhésus pour le reste de sa grossesse. Elle sera donc dispensée de l’injection de Rhophylac préconisée immédiatement à la suite de l’amniocentèse mais elle sera aussi dispensée de l’injection systématique prévue par les recommandations du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français à 28 semaines d’aménorrhée, et des injections supplémentaires rendues indispensables en cas de chocs, de saignements. Elle n’aura plus à faire des prélèvements sanguins pour surveiller les agglutinines irrégulières (sortes d’anticorps anti-rhésus) chaque mois. Pour cette raison, certains laboratoires préconisent qu’en cas de rhésus négatif, une deuxième détermination de confirmation soit proposée à titre systématique.

Les laboratoires autorisés à déterminer le rhésus fœtal dans le sang maternel sont  obligatoirement des laboratoires de biologie moléculaire ayant un agrément les autorisant à pratiquer des examens sur l’enfant à naître. Au Chesnay, le laboratoire SESEP a cet agrément. Pour l’instant, cet examen n’est pas pris en charge par l’Assurance Maladie, il est toutefois remboursé par certaines mutuelles.